08grmcpg
MONOTYPES CLASSIQUES/Martian AYME de LYON/Peintre-graveur
RETOUR VERS "GRAVURES ET MONOTYPES" SUR LA PAGE DE SOMMAIRE DU SITE


Le principe du monotype "classique"
(nous verrons en bas de page le pourquoi de cet adjectif inhabituel ici) procède du transfert d'une image préétablie avec une substance colorante, étalée sur une surface plane, encre d'imprimerie le plus souvent, que l'on reporte sur un support qui pourrait être de diverses natures dans l'absolu, mais qui est presque exclusivement le papier. Un bon exemple : Femme nue se coiffant d'Edgar Degas ci-dessous...

En voici la "recette"...
Pour obtenir un monotype "classique", prendre une plaque de métal mince et polie sur laquelle on "peindra"
à l'envers au pinceau avec des encres en général grasses (encre d'imprimerie par exemple) ce que l'on souhaite reporter ensuite sur papier ; procéder ensuite comme pour un tirage à l'eau-forte : poser "très délicatement" une feuille de papier légèrement humide dessus, puis un "lange". Il reste à faire passer le tout sous la presse pour que l'encre se reporte sur le papier et enfin à retirer lange et papier avec la "plus grande délicatesse" ; apparait alors une épreuve de "monotype".

Cette technique très souvent employée par de nombreux artistes,
ne relève, de par la planéité de sa matrice, ni des techniques d'impression en relief, ni de celles en creux ; ce n'est donc pas à proprement parler une "gravure" mais une estampe, terme qui englobe tout procédé de production d'images par report à partir d'une matrice d'ordinaire prévue pour reproduire en plus ou moins grand nombre le sujet concern
ée à l'identique.

Comme l'encre de la plaque s'est en grande partie reportée sur le papier il n'est pas possible de tirer une seconde épreuve ; le monotype est donc une estampe à part. Cependant il reste sur la plaque comme une image fantôme qui peut "guider" la suite d'un travail d'approfondissement, c'est l'un des intérêts de cette technique.

Femme nue se coiffant (1881) est un exemple parfait de monotype "classique" : encre étalée d'abord, puis valeurs claires "essuyées" au pinceau sec (côté poils ou manche), chiffon ou autres ; et pour finir un passage sous la presse...


C'est à partir d'une autre œuvre, de Paul Gauguin cette fois-ci, Deux Marquisiens, elle aussi qualifiée de monotype, que va commencer à apparaitre la nécessité du distinguer monotype classique, monotype et enfin monotype aveugle.
Là, nous avons bien de l'encre étalé sur une surface plane, mais pas encore la moindre image ; ce n'est qu'après y avoir déposé un papier, puis dessiné au dos, qu'elle peut apparaitre sur le papier une fois retiré, sans avoir eu besoin de presse.

Pas besoin de presse,
les traits sont nets sous le crayon, avec les inévitables macules, mais aussi des valeurs plus sombres que l'artiste a volontairement introduites par pression de ses doigts pour apporter du contraste. L'outil et la main structurent l'image finale du dess[e]in...

Dans ce que Martian AYME de Lyon a appelé le monotype aveugle, tout a commencé
découverte fortuite, comme pour Gauguin probablement : un report sans presse à partir d'une surface uniformément encrée. Mais bien vite le procédé lui est apparu riche de bien d'autres possibilités, il commençait bien par un dessin, mais le tracer et voir ce qui s'en imprimait ne fut bientôt plus l'objectif ; il y avait mieux à faire...

Le dessin n'est alors plus que la trame initiale d'un dessein sur le long terme
où, par reports successifs, à partir des couleurs primaires, du noir et du blanc, alliant la part de hasard et la volonté d'aller à chaque nouveau passage dans la direction suggérée par l'image antérieurement révélée
, permet d'accéder à des images insoupçonnées dans lesquelles la forme, la couleur et la ligne sont en symbiose.

Parfois, assez exceptionnellement, un seul passage monochrome suffit,
mais seulement lorsque l'image obtenue n'est pas que le reflet du dessin. Parfois, après quelques passages le dessin initial s'est totalement évanoui pour laisser place à tout autre chose. Parfois, les passages, deux à cinq peut-être, se succèdent dans un temps plus ou moins court, ou long, et parfois ils sont bien plus nombreux, et cela peut prendre des lustres...

Monotype "classique
",
monotype,
monotype aveugle,
sont bien trois entités distinctes.